snes-classic-mini-pdv.jpg

Super Nintendo Classic Mini : un mini coffre aux trésors


Après le succès fulgurant de la NES Mini, Nintendo continue de surfer sur la vague de la nostalgie en sortant sa petite soeur. Au vu des ventes de ces deux consoles il semble que toucher aux souvenirs des gens soit une stratégie payante pour la firme japonaise. La NES Mini souffrait de quelques défauts, portant principalement sur l’ergonomie, Nintendo a-t-il appris de ces erreurs pour cette Super Nintendo Classic Mini ?

 

Une petite taille pour une grande console

Avant de parler de jeu, parlons tout d’abord de l’objet en lui-même. Cette version miniaturisée de la 16bits de Nintendo se veut très fidèle à l’original et permettra d’ajouter une petite touche Rétro à votre salon. La reproduction est quasi parfaite. Le bouton Power que l’on doit glisser vers le haut pour voir la petite diode rouge s’allumer, ainsi que le bouton Reset servant ici pour le retour au menu principal, seul le port cartouche et le bouton Eject sont évidemment factices étant donné que les jeux sont directement intégrés à la console. Seule altération à son design d’origine : les ports manettes, toujours au format propriétaire Wii, sont caché par une petite trappe imitant les ports originels.

Comparaison Super Nintendo Mini et l'original - Zhato.fr

Niveau connectique, pas de changements à noter par rapport à la précédente, la console se connecte toujours à la TV via le port HDMI et un câble micro-USB lui sert d’alimentation. Tout est fourni sauf l’adaptateur permettant de brancher le câble USB sur la prise secteur, obligeant ainsi de soit brancher votre console en USB sur votre TV par exemple ou alors d’acheter un adaptateur trouvable facilement dans le commerce (attention toutefois à l’ampérage, référez-vous à la boîte de votre SNES Mini), même si Nintendo propose bien un adaptateur “officiel” mais plus onéreux.
Quant aux manettes, cette fois-ci fournies par paires, elles sont l’exacte réplique de celle de la console d’origine. Ce port propriétaire les rend compatibles avec la plupart des manettes sorties précédemment sur ce format. Si vous n’avez pas pu avoir une seconde manette pour votre NES Mini, il vous sera donc possible d'utiliser celles-ci comme substitut; l’inverse est également possible mais il vous manquera alors 4 boutons ce qui est plutôt handicapant pour la plupart des jeux proposés.

Ce qui nous vient à parler de l’ergonomie de la console, gros point noir de la NES Mini. Nintendo a entendu certaines plaintes des joueurs mais a été peut-être un peu fainéant, si je peux dire, pour corriger ces défauts. Certes ils ont presque doublé la longueur du câble des manettes ridiculement court de la NES Mini (145cm contre 80cm), mais cela reste insuffisant pour des salons “moderne” où l’on est à 3m de la TV, chose qui est relativement courante de nos jours. Rajoutant à cela l’obligation d’utiliser le bouton Reset pour accéder au menu principal, permettant de changer de jeu ou encore d’avoir accès aux quelques fonctionnalités de la console, il vous faudra avoir la console près de soi si vous voulez jouer confortablement assis sur votre canapé sous votre couverture préféré (A moins d’avoir de très longs bras…). Même si certains jeux, notamment les RPG, présent sur la console vous promettent de longues sessions sans avoir besoin de vous lever.
Niveau fonctionnalités, nous avons le droit à quelques options d’affichage telle que la possibilité de jouer en 4:3, en définition originale ou avec un effet “cathodique” , et un habillage pour combler les bords noirs du 16:9. Mais ce qui va le plus nous intéressé, c’est certainement la Sauvegarde Rapide et le Replay.
La première permet de sauvegarder quand on veut, sur un des 4 emplacements dédiés disponible par jeu, comme on pourrait le faire sur un émulateur. La seconde permet de faire un retour arrière sur les 40 dernières seconde de votre partie, permettant par exemple d’éviter le piège qui vient de vous tuer. Une fonctionnalité qui, certes certains qualifieront de “triche”, ravira certainement les nombreux joueurs ayant “try-hard” sur Contra III ou Super Ghouls‘n Ghost jusqu’à en saigner des doigts sans pour autant voir l’écran de fin.

Sauvegarde rapide SNES Mini - zhato.fr
Mode Replay SNES Mini - zhato.fr

 

Et les jeux dans tout ça ?

Il faut l’avouer, Nintendo ne s’est pas moqué de nous sur les 21 des jeux proposés, même si certains pourront pleurer l’absence de tel ou tel titre… Oui il y a des absents mais pour une console ayant accueilli tellement de perles, difficile de faire une sélection sans sacrifice. Ici que du très lourd, en effet seul Kirby’s Dream Course aurait pu éventuellement être remplacé, par un Chrono Trigger par exemple. Nous avons accès à des jeux qui ne sont jamais sortis en Europe à l’époque comme EarthBound (Mother 2 au Japon), Super Mario RPG ou encore Final Fantasy VI.
Il est utile de préciser que nous avons là les versions américaines, offrant ainsi des jeux tournant en 60Hz et donc non ralentis comme les jeux PAL tournant eux en 50Hz. Mais qui dit version américaine dit jeu en anglais ! Nous perdons donc les quelques rares traductions françaises que nous avions eu, exit donc les “Lougarou” et les “Coincoin” de Secret of Mana. Ce qui explique aussi certaines jaquettes différentes des nôtres et l'apparence de certains jeux : comme Contra III devenu Super Probotector en Europe avec des robots à la place des personnages emblématiques de la série, ou encore de l'appellation de Final Fantasy III au lieu de Final Fantasy VI.
Niveau technique, il n’y a rien à reprocher à la qualité et la fidélité de l’émulation. L’expérience de jeu paraît identique à l’original, avec les ralentissements d’un jeu utilisant un peu trop de ressources pour la console qui vont avec. Et oui, malgré la puce SuperFX présente dans la cartouche de Starwing (Starfox), le jeu malmenait la Super Nintendo avec ces polygones permettant d’offrir un jeu en 3D. Une prouesse technique à l’époque que peu parvenaient à faire sur console de salon.


Starfox 2 jaquette - zhato.frPetit aparté sur LE jeu star de cette SNES Mini : Starfox 2 (qui est à débloquer en finissant le premier niveau du premier opus). Cette suite initialement prévue pour 1995-1996 a été annulé au dernier moment par Nintendo, alors que le développement était terminé. Ce choix est purement commercial, en effet la sortie de la Nintendo 64 était imminente et le choix a donc été de se concentrer principalement sur cette dernière. On peut aussi penser au fait que la Playstation et la Saturn étant déjà sortie, Nintendo s’inquiétait de la comparaison avec les jeux de la nouvelle génération 32bits, malgré la présence de la SuperFX 2 rajoutant encore plus de mémoire que la première.
Pourtant une fois le jeu démarré, on ne peut que rester bouche bée face à une telle performance. Au revoir le “simple” rail shooter linéaire qu’était le premier. Ici nous avons plusieurs types de niveau, dont certains sur des planètes ou dans de gros vaisseaux mères où on est libre de ses déplacements. Il nous est même possible de transformer notre vaisseau en un engin bipède appelé Walker, un véhicule apparu pour la toute première fois dans Star Fox Zero sortie en 2016 soit 20 ans après ! Évidemment le tout en 3D, même si certains diront que “ça pique les yeux”, il faut se remettre dans le contexte de l’époque et surtout se dire qu’on est là sur de la Super Nintendo, ce qui est assez fou. Bref je ne ferais pas un test complet du jeu ici, mais Nintendo montre encore une fois son talent et son sens de l’innovation. Ça sonne très “Fanboy” mais il faut “rendre à César ce qui est à César”. Merci à eux de nous avoir partagé ce regretté épisode, dont les idées et innovations auront tout de même servi pour les jeux de la série à venir comme Lylat Wars (Star Fox 64) et Star Fox Zero.



 

Pour conclure la Super Nintendo Classic Mini est un objet à posséder pour les nostalgiques ou les curieux désirant de découvrir cette époque, bien plus que l’était la NES Mini à mon humble avis. Fonctionnalités utiles, cette fois-ci fournis avec 2 manettes, peu de reproches sont à faire à cette console. Les jeux de cette génération ont sans doute mieux vieilli que ceux de la précédente et se laisseront davantage parcourir. Avec des jeux comme Secret of Mana et Final Fantasy VI, vous aurez là plus d’une centaine d’heures de jeu minimum avec ce catalogue quasi irréprochable.



Pour les stocks, nous sommes très loin de la grande pénurie qu’a connu la NES Mini. La demande est forte mais Nintendo fourni derrière et continuera de fournir en 2018 contrairement à ce qu’ils avaient annoncé au début. Il y a du stock, soyez juste patient et vous pourrez vous aussi l’avoir. Ne succombez pas à tous ces escrocs qui ont acheté une partie du stock Day One uniquement pour la revendre minimum 50% plus chère.
Nintendo a aussi annoncé qu’ils allaient reproduire des NES Mini courant 2018.

 

Galerie de captures d'écrans, avec différents filtres et habillages :
  • F-Zero SNES Mini - zhato.fr
  • Super Castlevania IV SNES Mini - zhato.fr
  • Kirby Super Star SNES Mini - zhato.fr
  • Megaman X SNES Mini - zhato.fr
  • Secret of Mana SNES Mini - zhato.fr
  • Zelda III A Link To The Past SNES Mini - zhato.fr

comment Commentaires


Soyez le premier à laisser un commentaire

Laisser un commentaire